Solidaires 37

Qu’allions nous faire dans cette galère ?

lundi 28 avril 2014 par Solidaires37

SOLIDAIRES a été la seule organisation syndicale à appeler, à la manifestation nationale du 12 avril dernier. L’idée affichée était de ne plus laisser la rue aux mouvements réactionnaires et d’essayer de créer une contre offensive progressiste où le mouvement social aurait son mot à dire.
A l’arrivée, cette manifestation a été traduite par les médias comme une réussite du Front de gauche et une rampe de lancement pour les élections européennes.

C’est « un coup politique » qui marque, sur un instant donné, le déroulé de séquences politiques qui intéressent de moins en moins nos concitoyens.
Au moment où le désaveu du « spectacle » politique est de plus en plus marqué par un record d’abstentionnisme, on peut se demander ce que SOLIDAIRES allait faire dans cette galère.

Certes, des camarades nous ont expliqué que, si le pôle syndical mobilisait en force, la manifestation ne serait plus de même nature.
Or, rien n’a été fait pour qu’il en soit ainsi.

SOLIDAIRES national n’a consulté ses structures que bien tard dans le mois de mars alors que ses militants engagés politiquement , en étaient au courant bien avant. De ce fait, les structures n’ont pas eu le temps de débattre posément de cette manifestation et de son cadre imposé par les politiques. A l’arrivée, seules 27 structures (syndicats nationaux ou solidaires locaux) se sont exprimées ce qui est extrêmement minoritaire par rapport à l’ensemble de nos organisations. Si on voulait faire un mauvais parallèle, nous dirions que la majorité de nos structures se sont réfugiées dans l’abstention !

S’il est vrai que certaines grosses organisations se sont exprimées en pour (SUD Santé Sociaux, SUD PTT par ex), ont-elles elles mêmes été à la hauteur du sujet ? Prenons le cas de SUD-PTT : Ses syndicats n’ont pas été consultés sur ce sujet d’importance et une conférence téléphonique pour organiser l’événement n’a même pas réuni dix de ses syndicats. Cet exemple, prouve que ce projet n’était pas mûr dans nos syndicats parce le temps de la discussion n’a pas eu lieu, parce le cadre de mobilisation nous a été imposé, parce que oui, l’aspect manipulatoire est apparu, à juste titre, le plus fort. Derrière ce coup médiatique des organisations à la gauche du PS, quelles conclusions en tirer pour nos organisations syndicales ?

Nous avons été les auxiliaires de ces organisations politiques et le mouvement social n’y a rien gagné si ne n’est penser qu’aller voter aux européennes pour une « autre gauche » fera avancer les choses. A l’arrivée, le cortège de SOLIDAIRES n’a groupé que quelques centaines de camarades pour une organisation syndiquant plus de 100 000 adhérent-e-s et ce n’est même pas une surprise puisque ce résultat était écrit d’avance.

Le mouvement syndical est à la recherche d’un second souffle pour construire une alternative. Il n’en a pas actuellement les capacités et certaines de ses organisations n’en ont, clairement, pas l’intention. Mais se mettre ainsi, poings et pieds liés, à la remorque des organisations politiques est la pire chose que nous pouvions faire.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 180 / 223527

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Débat  Suivre la vie du site Autres articles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License