Solidaires 37

A la Poste comme à la SNCF, les travailleurs dans la rue.

vendredi 5 avril 2013 par Solidaires37

Ci dessous, deux articles de la "Nouvelle République" du 5 avril 2013 relatant les mobilisations des facteurs d’Amboise et des cheminots, à Saint Pierre des Corps.

Poste : les conditions de travail en question

A Amboise, les postiers dénoncent la dégradation de leurs conditions de travail.

Une partie des postiers du secteur d’Amboise (Amboise ville, Château-Renault, Bléré, Montlouis et Vouvray) s’étaient mis en grève, en janvier dernier, notamment pour dénoncer la dégradation des conditions de travail et l’absence de dialogue avec la direction.

D’après les syndicats CGT et Sud, rien n’a évolué depuis. Raison pour laquelle les deux organisations appelaient à un rassemblement des postiers du secteur, hier jeudi, en toute fin de matinée. Ils se sont retrouvés au kiosque à musique, quai Charles-De-Gaulle à Amboise, en présence notamment d’Yvan Wehdeking, secrétaire départemental CGT de La Poste. Il a rappelé entre autres le manque d’effectif « qui conduit à la sécabilité. Les absents ou les malades ne sont pas remplacés et les autres facteurs doivent assurer leur travail, ce qui correspond à effectuer deux tournées en une. » Il a de nouveau évoqué « un manque de dialogue avec la direction et un management répressif… »

Le secrétaire a enfin appelé les postiers à une grève et à manifester à Tours, mardi 9 avril, contre l’accord national interprofessionnel sur la sécurisation de l’emploi.

Cinq cents cheminots dans la rue

La CGT et Sud solidaires ont défilé de la gare au siège du territoire de production de Saint-Pierre-des-Corps.

Ils étaient plus de 500 selon la CGT (430 selon la police) à participer hier matin, à Saint-Pierre-des-Corps, devant le siège du territoire de production Atlantique, à un rassemblement de protestation contre « le nouveau modèle économique et social que la direction veut nous imposer. »

Venus de Nantes, Limoges, Paris, Bordeaux, Toulouse, les cheminots, par la voix de Robert Leroy, ont dénoncé « le dumping social et la sous-traitance en cascade » et affirmé que « le territoire de production n’avait pas vocation " à être le laboratoire d’essai des nouvelles techniques managériales ". » Et de rappeler qu’au sein du territoire Atlantique, « on a embauché 150 personnes de moins en 2012 qu’en 2011 et recouru de plus en plus à l’intérim. »

Les cheminots citent aussi le cas de Metz « où les salariés se battent pour maintenir les ateliers matériels » et remettent en cause « la politique de logiques d’axe qui se fait au détriment des conditions de travail des salariés et du confort des usagers » avant d’affirmer que « seul le maintien d’une maintenance de proximité permettra d’éviter les problèmes, comme les 3.000 km de ralentissement constatés sur l’ensemble du réseau. »

Philippe Samzun


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 261 / 213814

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités  Suivre la vie du site Autres articles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License