Solidaires 37

Manif anti-FN de Tours

dimanche 16 janvier 2011 par Solidaires37

2500 personnes se sont mobilisées. Les principaux cortèges étaient ceux de SUD/SOLIDAIRES, du NPA et d’Alternative Libertaire. Quasi absence de la CGT...
A noter que les voyous de la BAC badgés avec des autocollants SUD-PTT et SOLIDAIRES ont interpellé deux manifestants. Affaire à suivre...

A noter que l’initiative du Collectif Antifasciste de Touraine d’appeler à un rassemblement dans son coin a pratiquement foiré.

Photos de Marie-Anne Boutoleau, Paris.indymedia
Photos de Marie-Anne Boutoleau, Paris.indymedia

Photos de Marie-Anne Boutoleau, paris.indymedia



Photos de Marie-Anne Boutoleau, Paris.indymedia





manifestation anti fn tours 15/01/11 par nii_da

LSD N17 & N18 : Le Congrès du FN à Tours from LSD : Le Sujet Décalé ! on Vimeo.

Ci-dessous, l’article de la NR du 16 janvier 2011 :

La manifestation dégénère : scènes d’émeute en ville

La manifestation contre le FN, à laquelle 1.800 à 3.000 personnes ont participé hier, s’est achevée en affrontement de groupuscules contre la police.


La moyenne d’âge était particulièrement jeune, hier, dans les rangs des 1.800 à 3.000 manifestants qui se sont élancés de la place de la Liberté vers 14 h 30. Militants du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) venus d’Ile-de-France et du Grand Ouest, d’Alternative libertaire, de la Ligue des droits de l’homme ou des syndicats FSU, Solidaires [...], ils ont marché lentement vers l’hôtel de ville, scandant des slogans anti « F-haine ».

A leurs côtés, des délégations du Parti Socialiste (dont la présidente du conseil général Claude Roiron ou le député Jean-Patrick Gille), mais également des particuliers hésitant sur la place à prendre dans ce cortège rouge et noir. La présence d’une quarantaine de porteurs de capuches, foulards et blousons noirs laissait augurer une radicalisation du mouvement. Le défilé s’est acheminé sans encombre place Jean-Jaurès, sous escorte discrète.

L’affrontement a mûri devant l’hôtel de ville, vers 17 h. Avant toute provocation, les forces de l’ordre ont sorti les barrières anti-émeutes, fermant le boulevard Heurteloup. Les sifflets se sont intensifiés, suivis de jets de pierres, canettes, pétards et fumigènes. Au premier rang, près de 300 jeunes résolus à en découdre. A l’arrière, des habitants comme au spectacle.

Cherchant à évacuer la place, les autorités ont tiré des bombes lacrymogènes (certes « légères » mais très irritantes), avant deux premières arrestations. Volaient alors des pavés de plus d’un kilo, à quelques mètres d’intrépides journalistes. La nuit tombée, deux camions équipés de canons à eau ont sillonné le début de l’avenue Grammont, où deux poubelles avaient été incendiées. Sortant des magasins, de nombreux adeptes des soldes avec des poussettes se sont retrouvés pris en étau, la police encerclant les derniers manifestants. Vers 19 h 30, les militaires progressaient « en tortue » pour terminer l’évacuation du centre-ville. La nuit s’annonçait tendue.

JPEG - 51.8 ko
PHOTO NR
JPEG - 39.4 ko
PHOTO NR
JPEG - 28.1 ko
PHOTO NR

la phrase

’’ Notre service d’ordre interne a un oeil sur la sécurité du cortège. ’’

Militant rouennais au Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), Nicolas arborait un brassard orange dans le cortège, hier. La marque de son appartenance au service d’ordre interne à l’organisation. « Mon rôle est de maîtriser nos troupes en cas de provocation de bandes d’extrême droite, expliquait-il. Car on ne veut pas compter sur la police. La dernière confrontation était lors d’une manifestation pour le droit à l’avortement à Paris. Il n’y a pas eu de bagarres. » Les militants prévoyaient de repartir dès la manifestation achevée. Des cars avaient été affrétés pour les véhiculer.

à chaud

Blandine, Tourangelle, peinait à choisir sa place dans le cortège très politisé : « Très attachée aux droits de l’homme, je n’ai pas hésité à venir manifester. Mais j’ai failli repartir. Le déploiement des forces de l’ordre m’inquiète toutefois plus que les intentions des manifestants. »

Guillaume d’Azay-le-Rideau, et sa compagne Perrine, ont refusé de remettre à plus tard leur virée soldes. « Par principe. Pour ne pas empêcher le FN de nous empêcher de vivre. On s’attendait à autant de policiers, on en avait entendu parler à la radio. C’est beaucoup pour un parti politique. »

Huguette, du quartier Blanqui, slalomait entre les policiers, hier matin, avec son panier de courses. « Il n’y avait pas de bus, mais je suis sortie quand même ! Cette tension me met vraiment mal à l’aise. C’est démesuré, on a l’impression qu’un ennemi va prendre la ville... »

Cécile Lascève

LSD "NO COMMENT" : Congrès du FN - Tours 15 Janvier 2011 from LSD : Le Sujet Décalé ! on Vimeo.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1363 / 224021

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités  Suivre la vie du site Autres articles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License