Accueil > Actualités > Autres articles > Raffinerie des Flandres à Dunkerque

Raffinerie des Flandres à Dunkerque

Une grève solidaire chez Total

mardi 16 février 2010, par Solidaires37

Les Total viennent de réussir à rentrer sur le site
Malgré la présence d’une centaine de vigiles
7 H 30 ce Mardi 16 février l’Usine est occuppée


Tous pour un.

L’intersyndicale CGT-CFDT-SUD-FO du groupe Total a lancé, hier, un appel à la grève nationale pour demain et après-demain, en solidarité avec la Raffinerie des Flandres de Dunkerque (Nord), menacée de fermeture. Pendant ces deux jours, « plus une seule goutte de produit ne sortira des raffineries », a affirmé Christian Votte, délégué CGT.

Les salariés du site, qui emploie 370 personnes, sont en grève depuis plus d’un mois. Début février, le mouvement s’est durci avec l’envoi d’un ultimatum à la direction, qui expirait hier à minuit, exigeant la réouverture de l’usine, sous peine de « prendre possession de l’outil de travail ».
« Plus de 150 personnes se sont déclarées volontaires pour être avec les grévistes, dès demain matin, à 6 h, et venir nous soutenir dans notre volonté d’occuper les locaux », a assuré hier Philippe Wullens (SUD). En réaction, la direction a prévu « des mesures de sécurité renforcées ». W
Total : « Nous n’avons pas besoin de tout casser pour nous faire entendre »

mardi 16.02.2010, 05:03 - La Voix du Nord

L’ultimatum des salariés de Total a pris fin hier, à minuit. Comment leur mouvement de grève, initié le 12 janvier, va-t-il évoluer ? Selon le témoignage de certains salariés, « nous exprimerons notre rébellion pacifiquement. À partir de mardi, ce sera autre chose (...). On n’a pas besoin de tout casser pour se faire entendre ».

Plus concrètement, le personnel en grève de la Raffinerie des Flandres, qui ne veut pas attendre le CCE extraordinaire du 29 mars pour être fixé sur son sort, pourrait, par exemple, interdire l’accès du site à son directeur et au directeur des ressources humaines, ou refuser d’effectuer des tournées de sécurité, assurées jusqu’à présent par les grévistes et les non-grévistes. Objectif : « Envoyer un signal fort et lancer le mouvement national qui doit démarrer à partir de mercredi (demain) dans les six autres raffineries de Total en France, à l’appel de l’intersyndicale ».

Cette semaine toujours, les salariés de la Raffinerie des Flandres iront manifester demain après-midi, à 14 h, devant la sous-préfecture de Dunkerque afin d’interpeller le représentant de l’État sur leur situation. •

Allez les SOLIDAIRES : Construisons un mur de solidarité !