Solidaires 37

SOUS-TRAITANTS DELIQUANTS ?

ET ALORS ? « IL FAUT EXPLORER TOUTES LES PISTES »
mardi 11 août 2009 par Solidaires37

Le sauvetage de la noyade du Pôle emploi sera donc réalisé grâce à la sous-traitance confiée à des opérateurs privés. Le gouvernement profite de la crise pour réaliser un vieux rêve du MEDEF : l’intérim s’installe durablement dans le service public.

L’intérim est légitimé dans « le métier de placement ». Certes. Mais qui nous rappellera que les entreprises d’intérim ont été les principales organisatrices de la précarité des salariés, et de la baisse chronique des revenus ? L’intérim a explosé en France, grâce notamment au détournement des motifs évoqués. Le « surcroît exceptionnel d’activité » qui dure parfois plusieurs années, c’est à la pelle qu’on en connaît les exemples.

En 2005, le chiffre d’affaires de l’intérim en France (toutes enseignes confondues) a atteint 19 milliards d’euros. Autant que le Japon, qui compte 130 millions d’habitants. En France se réalise 10% du chiffre d’affaires mondial.

Les marchés qui viennent d’être attribués sont de l’ordre de 100.000.000 d’euros en 2009.
Pour les 4 mois qui restent en 2009, c’est l’équivalent des salaires (et cotisations) de 8.000 conseillers.

« Mais il y a urgence ! » nous dit-on. Bien sûr, puisque la DG a toujours refusé ces embauches massives indispensables. Elle tombe bien, cette urgence : pas besoin d’autre justification, pas d’auto-critique des politiques passées.

IL Y A SURTOUT UN BON COUP A FAIRE POUR LES ENTREPRISES D’INTERIM.

Le 2 février 2009, les 3 leaders français (et mondiaux) de l’intérim, Manpower, Adecco-Adia, et Vediorbis, se sont vus infliger des amendes très lourdes par l’Autorité de la Concurrence. 42.000.000 € pour Manpower, 34.200.000 € pour Adecco-Adia, et 18.200.000 € pour Vediorbis. Au total, 94.400.000 €, aux motifs d’entente illicite et pratiques abusives d’ampleur nationale, au détriment de nombreuses entreprises « grands comptes ».

La décision n° 09-D-05 (cf. http://autoritedelaconcurrence.fr) parle de « renchérissement du coût du travail », de « transfert de profits » illégitimes, et « confiscation d’une partie de l’effort public entrepris pour réduire le chômage ».

Les mêmes entreprises avaient déjà été condamnées en 1997 pour des raisons similaires. L’Autorité de la concurrence a qualifié cette récidive de circonstance aggravante.

Comment aider ces géants de l’intérim, délinquants économiques graves, à surmonter cette doulou-reuse épreuve ? C’est tout simple : on leur garde toute notre confiance, et on leur assure un nouveau chiffre d’affaires couvrant 80% de leurs amendes. C’est là un noble exemple de Revenus de Solidarité Active. Quasiment du Travail d’Intérêt Général !

NOUS APPELONS LES AGENTS À MANIFESTER EN TOUTE OCCASION LEUR COLÈRE ET LEUR INDIGNATION.

NON À L’EMIETTEMENT DE NOTRE SERVICE PUBLIC !

SOLIDAIRES SUD POLE EMPLOI CENTRE.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 410 / 223527

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités  Suivre la vie du site Autres articles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License