Solidaires 37

remous à la l’UD CGT 37

jeudi 31 janvier 2008 par Solidaires37

A l’attention de la direction
de l’Union Départementale CGT
d’Indre et Loire

Tours le 28 janvier 2008

Chers camarades,

Par ce courrier, nous souhaitons vous faire connaître notre sentiment sur le positionnement de la CGT lors des récentes initiatives.

Dans notre presse, dans nos interventions, nous insistons, à juste titre, sur la nécessité d’intensifier notre action en direction des salariés du secteur privé.
Le 24 janvier, nous pouvions traduire concrètement ces déclarations d’intention par des actes, passer aux travaux pratiques.

La mobilisation des salariés de Téléperformance, qui luttent pour leurs salaires, était l’occasion d’une large apparition de notre organisation à leurs côtés. La fin de la manifestation Place Jaurès, ne signifiait pas la fin de leur mobilisation, bien au contraire. Pour eux, au delà de la nécessaire solidarité financière, il y avait l’urgence d’une solidarité de lutte.
Dans ce cadre, la présence de la CGT, de ses militants aurait constitué un formidable encouragement.
Ceci nous fait, d’autant plus, déplorer notre absence à la manifestation qui s’est rendue devant les locaux de l’entreprise Téléperformance accompagnée des organisations Solidaires et CFTC.

Salariés du privé, jeunes, largement féminisé, voilà le profil des grévistes de Téléperformance. Pouvons nous nous permettre de ne pas être à leurs côtés ?

Une chose est la déclaration ou le discours de congrès, autre chose est la solidarité active aux côtés de celles et ceux qui luttent.
Nous pouvons revenir sur cette erreur, cela est nécessaire, bien entendu, avant tout pour les salariés de Téléperformance, mais également pour l’avenir du syndicalisme que nous voulons construire.

Autre positionnement « perturbant » de l’Union Départementale :
Le 24 janvier, les fédérations de fonctionnaires appelaient à la grève et à manifester. D’autres fédérations, telles que celles des organismes sociaux, appelaient également le même jour.
Pour trouver trace de ces appels dans les publications de l’UD 37 (fonction publique et autres fédérations), il fallait y aller à la loupe.
Rien sur le site internet de l’UD où le dernier appel à manifester remonte au ….20 novembre 2007.
Deux lignes dans le dernier « bulletin aux militants » qui comporte quand même 57 pages. Et encore ! Deux lignes laconiques dans le rapport d’introduction de la CE du 11 janvier, deux lignes qui nous apprennent que « les fonctionnaires seront dans l’action le 24 janvier … » Le terme de grève est il tabou ?.

Tout cela est fort contradictoire avec le mot d’ordre de « Mobilisation générale ! » qui figure en titre de la couverture du même « Bulletin du militant » et de l’Edito du responsable de la politique revendicative.
Comment croire un seul instant à une volonté de mobilisation, qui plus est, générale quand aucune information n’est donnée par l’Union Départementale, même pas l’heure et le lieu de la manif du 24 ?
Comment croire à cette volonté de mobilisation quand rien n’est fait pour dépasser le seul cadre de la Fonction Publique ?
Comment croire à cette volonté de convergence du public et du privé quand on regarde l’attitude de l’UD envers les grévistes de Téléperformance ?
Au moment ou dans la Fonction Publique, mais également dans le Privé, de nombreux salariés relèvent la tête, luttent pour leur salaire, pour l’emploi, pour le droit à la retraite, nous n’avons pas vraiment le sentiment que les responsables de nos organisations syndicales, de certaines UD à la Confédération, ont la même volonté.

La mobilisation générale à laquelle appelle dans son éditorial du « Bulletin au militant » un des responsables de l’UD 37 n’est pas compatible avec l’éparpillement des luttes. Et quel éparpillement !
Le 22 janvier contre la réforme des régimes spéciaux, le 24 janvier pour les salaires dans la fonction publique, et peut être début février une initiative public-privé sur les salaires et les retraites.

Si cette initiative début février revêt la forme d’un appel à la grève de l’ensemble des salariés de ce pays, qu’ils soient salariés du privé ou du public, qu’ils soient précaires, chômeurs ou retraités, alors, chers camarades, soyez surs que nous retirerons tout ce que nous écrivons aujourd’hui !

Malheureusement, nous n’y croyons pas et nous sommes fortement inquiets de voir le potentiel de résistance à la politique des porte-flingues du Medef dispersé et gâché !

Soyez assurés, chers camarades, de notre fraternel salut et de notre détermination à apporter notre petit grain de poussière dans les rouages du rouleau compresseur libéral.

Pour la Commission Exécutive
De la CGT Cnav 37

A. Rossilli

Voir en ligne : CGT CNAV 37

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1466 / 223527

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Débat  Suivre la vie du site Autres articles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License