Solidaires 37

Les photos de la manif du 8 octobre 2015

jeudi 8 octobre 2015 par Solidaires37

Mobilisation relativement faible compte tenu des enjeux ; A force de faire des manifs traine-savates tous les 6 mois, voila le résultat :
Environ 1000 manifestant-e-s dans les rues de Tours : 700 CGT, 150 SOLIDAIRES, 100 FO, 30 JC/PCF/FSU/NPA/LO...
A noter tout de même, pas mal de nos secteurs représentés dans notre cortège (Poste, Télécom, étudiant-e-s, Éducation nationale, Protection Sociale, cheminots, Santé, travailleurs sociaux, culture, recherche, Michelin, retraités, Médiapost, etc).

L’interview sur Radio France Touraine

lhttp://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13656-08.10.2015-ITEMA_20813244-0.mp3





Ci dessous : Ludowski Photographe


Le reportage de France Trois Touraine :


France 3 Centre-Val de Loire - JT local 1920... par siksatnam1

Et l’article de "la Nouvelle République" du 9 octobre 2015 :

" 1.000 salariés dans la rue pour dire leur ras-le-bol

A l’appel de la CGT, de FO et de Sud Solidaires, 1.000 salariés sont descendus dans la rue hier à Tours, pour défendre l’emploi et dire leur mécontentement.

Avec une pointe de moquerie, la queue du cortège chantait « Tomber la chemise » en agitant les drapeaux de Sud Solidaires. Cette ironie ne sera sans doute pas appréciée de tout le monde, mais elle résumait bien l’état d’esprit des manifestants : un ras-le-bol généralisé.

« Le sentiment des salariés est à l’unisson de ceux d’Air France », estime Yvan Moquette, secrétaire général adjoint FO. « Ils disent ça suffit : on est face à une véritable cocotte-minute… » En appui de cet avis, certaines banderoles individuelles attestaient de la colère des salariés : « Ça va péter », prophétisait l’une d’elles.

Si l’appel des syndicats portait sur la défense de l’emploi, les motivations des manifestants dépassaient largement ce mot d’ordre. « On est là pour dire qu’on est contre les contre-réformes du gouvernement  », témoignait Éric Sionneau (Sud Solidaires). «  On porte atteinte au droit du travail, on fait des cadeaux aux patrons, sale temps pour les salariés ! »

Stéphane Deplobin, secrétaire de UD-CGT d’Indre-et-Loire, était sur la même longueur d’ondes : «  On manifeste contre les plans du gouvernement, en cours ou à venir. Contre les atteintes au droit du travail, contre l’austérité et contre le blocage des salaires des fonctionnaires. Nous voulons d’autres droits pour les salariés, en particulier la création d’une sécurité sociale professionnelle. »

Le secteur de l’éducation était très présent dans le cortège, avec de nombreuses banderoles de la FSU : « Comme pour tous les fonctionnaires, le point d’indice des enseignants a été bloqué depuis 2007 » souligne Paul Agard (secrétaire départemental FSU). «  Ce qui fait qu’ils ont perdu beaucoup en pouvoir d’achat. »

Parmi les banderoles, on remarquait celle du PCF, des Jeunes Communistes, du NPA, de SUD Solidaires Étudiants et de l’Unef. « Pour nous les jeunes, la précarisation est générale  », explique Christian Romain. «  Nous avons de plus en plus de mal à rentrer sur le marché du travail. Et nous souffrons de la baisse de qualité du service public des universités : nous demandons que 50 millions d’euros soient attribués à l’université ainsi que la création de 3.000 postes. »

Les manifestants ont rejoint la place Anatole-France sans incident notable.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 443 / 223767

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Photos  Suivre la vie du site Autres articles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License