Solidaires 37

Leur révolution en chansons

jeudi 3 mai 2018 par Solidaires37

Ci dessous l’article de "La Nouvelle république" du 3 mai 2018.

La P’tite Rouge de Touraine en concert à Saint-Pierre-des-Corps mi-avril.© (Photo NR)

La nouvelle chorale “ La P’tite Rouge de Touraine ” chante la révolte, l’opposition au pouvoir établi, le soutien aux cheminots et la liberté.

La P’tite Rouge de Touraine. Rien à voir avec Les Petits Chanteurs à la Croix de bois ou avec la confrérie des vins de Chinon. Ces choristes-là font plutôt dans le libertaire, le révolutionnaire, l’anarchisme.

Cette nouvelle chorale, créée il y a tout juste un an en Indre-et-Loire, rassemble des contestataires à l’ordre établi, des vrais, des durs, « des militants de tous les jours » disent-ils. Ils sont Solidaires, FSU, CGT, syndiqués et encartés, ou pas, « engagés aussi dans le féminisme ». Bref, de tous les combats sociaux. Ils sont ouvriers, enseignants, de l’hôpital ou du rail, ou retraités. Bruno, Audrey, Marie-Dominique, Hassane, Laurette, Colette, Carmen, Bernardo, Corine et les autres, une quinzaine, ont donc choisi la « voie » de la chanson pour exprimer leur colère.

“ Nous vivons dans un monde de brutes ” Nadine, la première, de Tours, a lancé l’idée, comme on lance un pavé dans la mare : « J’ai découvert une chorale à Notre-Dame-des-Landes. Cela m’a plu. » La P’tite Rouge de Touraine, composée de deux tiers de femmes, a déjà roulé sa bosse et offert plusieurs mini-spectacles. « On crée nous-mêmes nos textes, et on chante sur des airs connus. »

Ainsi, sur l’air de « J’ai la rate qui s’dilate », ils entonnent : « J’ai le crabe qui m’attaque, la gastro aux boyaux… Ah vraiment, c’est révoltant/d’avoir l’hosto qui fout l’camp… » Sur l’air de « Maman les p’tits bateaux », de « Debout les gars » ou de « Meunier tu dors », ces révoltés racontent la galère des personnels hospitaliers. En ce mois de mars 2018, ils ont écrit refrains et couplets sur les cheminots : « Y’avait dans l’temps plein de/chouette’trains/cheminots, cheminot, turbine/à c’theure pourtant l’est dans l’pétrin… » Et puis, il y a le « A vot’santé » sur l’air des Canuts…

Le groupe fonctionne « en autogestion, sans chef de choeur ni trésorier ». Pas de press-book, pas d’adresse ni d’affiche. L’équipe a tout de même son logo. Elle répète chaque mercredi soir à Saint-Avertin, au siège syndical départemental : « Notre chorale est un moyen de militer. Nous sommes solidaires avec les gens qui luttent. On se fait du bien à se faire plaisir ainsi. »

Vont-ils « fêter » Mai 68 ? « Nous ne sommes pas dans l’idéologie des mammouths qui commémorent tout », rétorquent-ils. Des airs de chansonnettes pour dire des choses fortes et tranchées, c’est donc leur spécialité. Mais, se défendent-ils : « Nous vivons dans un monde de brutes. »

Les voilà qui s’échauffent le fond de gorge avant leur répétition, reprenant leur exercice habituel d’articulation : « Ah pourquoi mon Pépy/sans répit/nous tues-tu ? ». Avec La P’tite Rouge, le patron de la SNCF est à l’honneur ! Le « Chant de Craonne », la « Grève des mères », « Le Déserteur » de Boris Vian, « La Butte rouge », chant antimilitariste, ou encore « Les Mangeux d’terre », inspiré de Gaston Couté… Les choristes contestataires baignent joyeusement, et avec la rage au ventre, dans ce monde-là. Et ils en font profiter les autres sous les banderoles revendicatives, dans les soirées solidaires. A chacun sa révolution.

Olivier POUVREAU


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 170 / 255041

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License