Solidaires 37

7000 manifestant-e-s à Tours

mercredi 9 mars 2016 par Solidaires37

Cela fait bien longtemps que l’on n’avait pas vu autant de monde tenir le pavé à Tours.
De nombreux étudiant-e-s (mobilisé-e-s par SOLIDAIRES Etudiant-e-s et les JC) mais aussi des milliers de salariés du privé, comme du public.
Parallèlement 4 lycées étaient bloqués et, à la suite d’une AG en début d’après-midi, le blocus de la fac de lettre à été massivement voté.







VIDEO. Tours : des manifestants qui refusent la... par lanouvellerepublique

37° Mag

Article de "La Nouvelle République" du 10 mars 2016

" Loi Travail " : la jeunesse a pris la tête de la manif à Tours

Fonction publique, entreprises privées, cheminots, agents hospitaliers, étudiants, lycéens et une revendication commune : le retrait du projet de loi sur la réforme du code du travail. (Photos NR, Patrice Deschamps)

Plus de 4.000 personnes, dont un millier de jeunes, ont manifesté, hier matin, à Tours, contre le projet de “ Loi Travail ”. Une forte mobilisation.

La gauche était dans la rue et la jeunesse aussi, hier matin, à Tours. Toute la gauche ? Non ! La gauche de la gauche. En tout cas, celle qui vilipende le quatuor Hollande - Valls - Macron - El Khomri et son projet de loi de réforme sur le code du travail.

Les lycéens et les étudiants placés en tête de cortège étaient attendus. Ils sont venus, en nombre. Et, quand la jeunesse manifeste contre un gouvernement de gauche, on la regarde et on l’écoute avec d’autant plus d’attention.

" Oh, les jeunes moins vite ! "

Des jeunes, certes, bien encadrés, à en juger du nombre de fanions monochromes qu’ils brandissaient mais assurément bien conscients de leur démarche, qui s’engageaient massés, serrés, prêts à avaler les kilomètres d’un bon pas, au son du tambour.

Signes édifiants d’un manque de savoir-faire en la matière… « Oh, les jeunes, moins vite ! », sifflaient leurs aînés, distancés à l’arrière…

Derrière, justement, le privé et le public voisinaient sous les bannières syndicales dans un même élan protestataire.

Il y a des années que Tours n’avait connu une telle affluence pour un mouvement social. Près de 4.000 manifestants, annonçait la police, plus de 4.000, affirmaient des organisateurs.

Quoi qu’il en soit, la mobilisation fut forte, au-delà des espérances exprimées par beaucoup. D’autant que les syndicats misent surtout sur la manif du 31 mars depuis des semaines.

Un militant écologiste (le mouvement EELV défilait sous sa banderole) dénonçait « un projet ultra-libéral qui piétine toutes les avancées obtenues depuis des décennies » tandis qu’une dame d’un certain âge se disait, elle, « très inquiète pour l’avenir des futurs salariés à qui on promet un avenir noir alors que, dans le même temps, le gouvernement fait des cadeaux aux patrons ».

Ce matin, les lycéens et les étudiants ont prévu de bloquer l’accès à la fac des Tanneurs. Avant d’aller rejoindre les retraités, dans leur déambulation sur le pavé tourangeau, pour ce troisième jour de manifestation dans les rues de Tours.

Pour beaucoup, leur première manif

A midi, à la dispersion du cortège, les jeunes manifestants ont voulu entrer dans la fac des Tanneurs. Sans y parvenir. Ils promettaient hier d’y retourner ce matin pour en bloquer ses accès. - A midi, à la dispersion du cortège, les jeunes manifestants ont voulu entrer dans la fac des Tanneurs. Sans y parvenir. Ils promettaient hier d’y retourner ce matin pour en bloquer ses accès.

A midi, à la dispersion du cortège, les jeunes manifestants ont voulu entrer dans la fac des Tanneurs. Sans y parvenir. Ils promettaient hier d’y retourner ce matin pour en bloquer ses accès.

A midi, à la dispersion du cortège, les jeunes manifestants ont voulu entrer dans la fac des Tanneurs. Sans y parvenir. Ils promettaient hier d’y retourner ce matin pour en bloquer ses accès.

" Loi Travail " : la jeunesse a pris la tête de la manif


Ils ont défilé sous les couleurs de la CGT, des jeunes communistes, de Sud, de FO, de Solidaires, de la FSU, de l’Unef, du NPA, d’ELLV. Tous ces lycéens et étudiants qui ont mené la manif en boucle hier, en centre-ville, à Tours (Anatole-France, Tanneurs, Victoire, Béranger, Jean-Jaurès, rue Nationale) n’ont sans doute pas l’estampille syndicale ou politique aussi marquée qu’ils l’affichaient hier.
Mais ce serait vain de croire qu’ils étaient là pour le plaisir du geste. « On en a vraiment ras le bol et on a l’impression de ne pas compter, d’être les prochains sacrifiés, assurait une jeune fille de 19 ans qui confiait faire là sa première manif. Si, à notre âge, on ne se révolte pas, on le fera quand ? »
Ce matin, elle sera là encore, aux côtés des retraités, déterminée et ragaillardie par ce premier galop d’essai matinal.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 317 / 223412

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités  Suivre la vie du site Autres articles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License