Solidaires 37

Appel à soutien de l’enseignante diffamée

mardi 15 décembre 2015 par Solidaires37

F. Belghoul et D. Hassan (JRE), mises en examen.

Le 29 mars 2014 l’association Journée de Retrait de l’Ecole (JRE) dirigée par Farida Belghoul, mettait en ligne sur son site une vidéo montrant la représentante locale des JRE, Dalila Hassan, calomniant honteusement une enseignante de l’école maternelle Blotterie de Joué les Tours. Elle entendait dénoncer de façon grotesque et infondée des « attouchements » . Cette vidéo se terminait par les mots « VAINCRE OU MOURIR ».

Depuis, la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux a été vue des dizaines de milliers de fois suscitant de nombreux messages haineux, ainsi que des menaces de mort à l’encontre de l’enseignante mise en cause.

Cette association, qui prétend lutter contre l’enseignement de la théorie du genre à l’école, nourrit une certaine haine de l’école publique et de ses enseignants et prône notamment la déscolarisation.

Sans aucun scrupule, elle mène ses actions en manipulant des personnes socialement fragiles et qui, dans cette affaire, ne maitrisaient pas le français.

Sa réelle intention est de viser par l’intermédiaire d’une propagande de choc, l’égalité des sexes, la liberté de conscience, la laïcité et l’Etat de droit.

En outre, cette vidéo est arrivée dans un contexte politique particulier, à la veille des élections municipales, alors que l’un des candidats, sous couvert de défendre la bonne moralité, faisait sciemment circuler dans certains quartiers des tracts et lettres dénonçant un soi-disant enseignement de la théorie du genre et visant plusieurs écoles de la ville.

La collègue accusée, clairement identifiable dans les propos de Mme D. Hassan, a porté plainte pour diffamation.

Mme D. Hassan, ainsi que Mme F. Belghoul présente à Joué les Tours au moment des faits, ont été renvoyées devant le tribunal correctionnel de Tours. Elles ont été mises en examen pour diffamation et complicité de diffamation envers un fonctionnaire.

Le procès aura lieu le jeudi 7 janvier 2016.

SUD éducation 37 apporte une nouvelle fois son soutien à la collègue concernée ainsi qu’à l’équipe de l’Ecole Blotterie affectée par ces faits.

SUD éducation 37 et SOLIDAIRES 37 appellent tous les enseignants, les personnels ainsi que les parents d’élèves, ainsi que toutes les personnes dénonçant ce genre de pratiques à venir témoigner de leur soutien devant le tribunal de Tours

le jeudi 7 janvier de 12 h 30 à 13 h 30.


France 3 Centre-Val de Loire - JT local 1920... par siksatnam1

L’article de "La Nouvelle République" du 4 janvier 2015.

" La théorie du genre " à la barre du tribunal

L’affaire avait défrayé la chronique. Grandement. Ce jeudi, deux femmes, Farida Belghoul et Dalila Hassan, sont convoquées devant le tribunal. La première pour complicité de diffamation envers un fonctionnaire, la seconde pour diffamation envers un fonctionnaire.

Farida Belghoul est, en 2013-2014, partie en croisade contre l’enseignement d’une supposée « théorie du genre » dans les écoles.

A cette époque, « les ABCD de l’égalité » sont expérimentés. L’ancienne militante de la marche des Beurs, passée à l’extrême droite depuis, crée le collectif Des Journées de retrait de l’école (JRE).

A plusieurs reprises au début de l’année 2014 à travers le pays, elle incite, via les réseaux sociaux, les parents de la communauté musulmane à ne pas conduire leurs enfants à l’école.

Dalila Hassan, elle, représente le collectif à Joué-lès-Tours. C’est là, et plus précisément au sein de l’école de la Blotterie, que l’affaire éclate.

En mars 2014, une enseignante de maternelle de cette école découvre une vidéo sur le site des JRE (*). Elle y est accusée, via Dalila Hassan qui se met en scène, d’avoir incité un petit garçon et une petite fille à se déshabiller et à se toucher mutuellement les parties génitales. Tout est parti des déclarations d’un bambin de 3 ans, relayées par sa mère.

Une enquête est ouverte. Des plaintes sont déposées par l’enseignante, la directrice de l’école et le rectorat. Rapidement, les accusations, sans fondement, s’effondrent. Le monde enseignant, les parents, la population se mobilisent face à la « calomnie ».
Alors que la campagne des élections municipales jocondiennes est en cours, un volet politique, via la distribution d’un tract notamment dans le quartier de la Rabière, ajoute au trouble. Le document, appelant à voter pour Frédéric Augis, accusait le maire sortant, Philippe Le Breton, de faire appliquer la théorie du genre dans l’école. Jeudi, il s’agira de comprendre les ressorts de cette affaire qui avait fortement ébranlé la communauté éducative.

Rencontrée en avril dernier par la NR, l’enseignante diffamée disait attendre beaucoup de ce procès.

(*) Si elle a été un temps retirée, cette vidéo était, hier, toujours en ligne.

Sud Éducation 37 et Solidaires 37 réitèrent leur soutien à l’enseignante diffamée ainsi qu’à l’équipe de l’école. Elles invitent enseignants, personnels, parents d’élèves ainsi que toutes personnes dénonçant ce genre de pratiques à venir témoigner de leur soutien devant le tribunal ce jeudi, de 12 h 30 à 13 h 30.

le SNUippFSU37 apporte son soutien à cette initiative.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 288 / 224023

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités  Suivre la vie du site Autres articles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License