Solidaires 37

La Grève à la SNCF : Une semaine décisive. Tout le monde est concerné !

lundi 16 juin 2014 par Solidaires37

Ce lundi marque le début d’une phase décisive pour notre grève. Le gouvernement prévoit toujours que l’Assemblée nationale
examine le projet de loi à partir de mardi.

C’est un choix irresponsable. La direction SNCF est toujours
aux abonnés absents alors qu’elle porte aussi sa responsabilité dans la grève, par son entreprise de casse systématique du service public et
des droits des cheminot-es. C’est une attitude méprisante à l’égard des cheminot -es et des usagers. Notre grève s ’adresse au gouvernement et à la direction SNCF. Pas question d’abandonner une partie de nos revendications. Plus que jamais, on lâche rien et on va gagner !

On continue et on renforce la grève !

CGT et SUD-Rail appellent à poursuivre et renforcer le mouvement. Des collègues rentrent de congés, d’autres n’étaient pas ou
plus dans la grève en fin de semaine dernière, tous et toutes peuvent contribuer au succès de la lutte que nous menons depuis mardi
soir. A la veille de l’examen du projet de loi au Parlement, la direction SNCF va
encore annoncer « la fin de la grève », comme elle le fait chaque jour depuis une
semaine. Au contraire, nous allons montrer la détermination, la cohésion et la
solidarité des cheminot-es en renforçant le mouvement !

Cuvillier, Valls, « la porte est grande ouverte » ... Oui, mais ça doit faire des courants d’air !

Les responsables de la situation de blocage se succèdent dans les médias pour clamer quer « leur porte est grande ouverte ». Ce n’est que de la propagande ! La réalité est que le gouvernement signe un accord inutile avec la CFDT et l’UNSA qui n’appelaient pas à la grève, essaie de nous diviser en discutant depuis mercredi matin avec chaque fédération séparemment ...sauf avec SUD- Rail, refuse de négocier sur les revendications des grévistes.

Jeudi matin, SUD-Rail s’est rendu à la réunion proposée par le
secrétaire d’Etat aux transports car nous sommes là pour porter
la voix des grévistes, défendre les revendications mises en
avant par les assemblées générales, dans le prolongement de la
plate-forme interfédérale unitaire. Nous avons eu raison de
claquer la porte et de ne pas nous laisser berner par la promesse
« d’avancées » qui n’en n’étaient pas puisque les sujets au cœur
de la grève n’étaient pas traités.

La solidarité avec notre grève

Nous recevons des messages de soutien de syndicats de plusieurs pays (Belgique, Espagne, Italie, Suisse, Brésil, Corée, Allemagne,...). Nous avons adressé un message aux cheminots de Suède, en grève contre VEOLIA depuis deux semaines. Ici aussi, la solidarité s’organise ; des comités d’usagers, des unions interprofessionnelles Solidaires ou CGT montrent que notre grève
est aussi une grève pour le service public ferroviaire dont toute la population a besoin.

C ’est aux grévistes de décider des suites de leur grève !

SUD-Rail demande des négociations depuis des mois et donc bien avant cette grève ; celles-ci doivent :

Etre menées avec toutes les fédérations syndicales soutenant la grève
(CGT et SUD-Rail).

Portées sur les revendications qui sont au cœur de la grève.

Réintégration de l’ensemble du système ferroviaire dans une seule entreprise publique

Arrêt de l’éclatement de l’entreprise SNCF qui détruit le service public et brise des vies

Annulation de la dette imposée depuis des années aux entrepr
ises publiques ferroviaires

Maintien du RH 0077 et du Statut, qu’il faut améliorer et étendre à tous les salarié-es du secteur ferroviaire

Se dérouler en toute transparence et leurs conclusions soumises aux A.G. de grévistes.

Les premier-es pénalisé-es par la grève, sont les grévistes qui perdent des journées de salaire ; aussi, la fédération SUD-Rail a plusieurs fois relancé le ministère pour des négociations aient enfin lieu. Cuvillier, Valls et consorts
sont des menteurs : ils refusent de nous parler. Il faudra pourtant qu’ils s’y résolvent car nous ne changerons pas, nous continuerons à défendre les revendications des grévistes !

Ce lundi matin, les fédérations CGT et SUD-Rail se rendent au siège de l’entreprise pour,une nouvelle fois, exiger des négociations sur les revendications des grévistes.

Mardi matin, les cheminot-es de la région parisienne seront devant
l’Assemblée nationale, dans la rue, quand les « représentant-es de la
nation » discuteront sous les lambris dorés, de notre avenir et de celui
du service public ferroviaire.

Et la légitimé sera de notre côté !

Dans un élan qui voit se créer des collectifs de soutien à la lutte des cheminots, dans un contexte où celle-ci est déformé par l’Etat et les médias à la solde qui tentent de désinformer les usagers que nous sommes vis vis de l’enjeu de cette lutte contre cette réforme, nous avons décidé à quelques personnes présentes au piquet de grève de ce dimanche soir à Saint-Pierre-De-Corps, d’appeler à une réunion dans les plus brefs délai pour constituer un collectif de soutien.

Cette première réunion se tiendra ce lundi à 18h, au foyer des cheminots, 11 rue Blaise Pascal à Tours.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 247 / 213941

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités  Suivre la vie du site Autres articles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License