Solidaires 37

Rassemblement à l’inspection du travail ce lundi 4 novembre 2013.

lundi 4 novembre 2013 par Solidaires37

Une trentaine de militants syndicaux ont investi les locaux de la DIRECCTE 37 afin de soutenir les employés qui étaient conviés par la Directrice du travail afin de les "informer" sur la réforme ne cours.
Les responsables des UD SOLIDAIRES, FO, CGT et FSU ont pu s’exprimer à cette occasion.

Ci dessous, l’article de la "Nouvelle République"’ du 5 novembre 2013 :

Les inspecteurs du travail inquiets

Une quinzaine d’agents de contrôles, accompagnés d’organisations interprofessionnelles du privé, manifestaient, ce lundi. Ils refusent la réforme de l’inspection du travail.

Personne ici ne travaille pour lui-même, mais pour tous les salariés ! Une quinzaine de contrôleurs et inspecteurs du travail manifestaient ce lundi devant leur direction, au Champ-Girault à Tours, accompagnés d’une quarantaine de représentants d’organisations interprofessionnelles du privé. Vers 11 h, le cortège a interrompu l’assemblée générale du personnel, organisée par la direction pour présenter la réforme et travailler à la réorganisation du service. Les agents ont lu une motion, dénonçant « la personnalité même du ministre Michel Sapin, qui, depuis le lancement de sa réforme, a étalé à l’envi son mépris des agents » et la « politique de restriction budgétaire » amenée par cette réforme qui touche également la partie « emploi » du ministère. Et de réclamer un ajournement de celle-ci et la mise en place d’un forum. Martine Bellemère-Baste, directrice de l’unité territoriale Directte (ex-inspection du travail) a promis de faire remonter la motion, objectant que des consultations ont déjà eu lieu.

Quel sera l’impact de la réforme en Touraine ? « Actuellement, elle compte sept sections d’inspection du travail (composées chacune d’un inspecteur ayant autorité sur deux contrôleurs et un agent de secrétariat) et une cellule BTP, soit 23 agents, explique un inspecteur souhaitant rester anonyme, pour plus de sérénité dans son travail de terrain. Ces sections seront remplacées par des unités de contrôle, de 8 à 12 agents. L’inspecteur n’aura plus autorité sur sa section, les agents ne seront plus attachés à un secteur géographique. On pourra ne plus les remplacer lors des départs à la retraite. » Le plan de transformation de l’emploi est également dénoncé. « Sur 3.500 contrôleurs en France, 1.500 passeront inspecteurs d’ici 10 ans.
Les 2.000 autres postes sont appelés à disparaître au fil des années… »

Les agents anticipent « une instabilité du service, une opposition croissante entre les personnels, la déqualification des inspecteurs qui n’auront plus autorité, et surtout la réduction des effectifs… » Ils craignent de ne plus pouvoir accomplir leurs missions, « alors même que les entreprises ne sont déjà plus contrôlées de façon exhaustive. » En manifestant, ils tentent d’instaurer « un rapport de force » national. « Car ce sont les salariés qui vont payer les pots cassés ! »
Des propos que nuance Martine Bellemère-Baste : « Les pouvoirs de l’inspection vont être renforcés, assure-t-elle. Un groupe régional de contrôle sur le travail illégal va être créé. Le contexte évoluant, le ministère souhaite que nous travaillions plus collectivement, pour mieux s’adapter au travail en réseaux des entreprises. »

Cécile Lascève

Ci après, à écouter, l’émission "Demain le Grand Soir" sur le sujet :

http://demainlegrandsoir.org/spip.php?article1202


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 158 / 223767

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Photos  Suivre la vie du site Autres articles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License