Solidaires 37

Appel à soutien à renvoyer au syndicat SUD santé sociaux

mardi 9 février 2010 par Solidaires37

Tours, le 8 février 2010

5 salarié-es dont 2 délégué-es syndicaux du centre social Giraudeau Maryse Bastié ont été licencié-es pour des raisons soi-disant économiques.
La direction invoque un « déficit » de 304 000 euros fin 2008 dont 230 000 euros pour régler sa condamnation par les prud’hommes pour non respect du droit du travail envers 4 animateurs en 2007 (non paiement de la totalité des heures travaillées et alternance CDD/CDI !!!). Or, après conciliation entre les deux parties, les 4 animateurs licenciés ont accepté une baisse de 130 000 euros. Au final, la direction n’a déboursé « que » 116 000 euros.

Un déficit structurel de 80 000 euros est également annoncé en 2008 pour justifier les licenciements économiques mais les délégué-es syndicaux n’ont jamais vu cette somme spécifiée nulle part (ils siègent dans les instances représentatives du personnel). Nous nous interrogeons donc sur l’existence d’une réelle transparence des comptes.

Le premier jugement de l’inspecteur du travail qui connaît très bien la situation de l’établissement avait d’ailleurs contesté ces licenciements économiques.

De plus, ces 4 animateur/trices avaient été défendu-es, avec raison, par les délégué-es syndicaux licencié-es aujourd’hui !!! Sont-ils en train de payer pour cela ? Ces mêmes déléguées ont été accusé-es de mettre en péril la situation de l’établissement alors que c’est la direction elle-même qui est responsable de n’avoir pas respecté LE DROIT du travail. Pour SUD, il s’agit d’une répression syndicale. Les délégué-es syndicaux se battent pour faire respecter le droit du travail bafoué par l’employeur et ce sont eux qui se voient condamné-es !!! Nous n’en resterons pas là.

Nous dénonçons la légèreté avec laquelle la direction gère l’association, gestion qui a des conséquences graves sur les salarié-es et les usagers de l’association. La direction doit rendre des comptes aux salariés et aux usagers sur l’utilisation de l’argent public.

Demain, à qui le tour d’être licencié-é ??? Demain, quelle activités seront suspendues ?….

Pour SUD, ni les salarié-es, ni les délégué-es syndicaux ne doivent être licencié-es pour une faute commise par l’employeur et condamnée par le tribunal des prud’hommes.

Nombreux sont les délégués syndicaux dans nos établissements confrontés à ces pratiques.

Nous appelons toutes les sections et organisations syndicales de notre secteur à prendre position et à dénoncer les pratiques de l’employeur des foyers Maryse Bastié Giraudeau et à exiger la réintégration des salariés et des délégués syndicaux licenciés.

Syndicat ou section Etablissement


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 415 / 223884

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Répression à Tours et ailleurs.  Suivre la vie du site Autres articles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License