Solidaires 37

A Esvres, les postiers mènent la fronde.

mercredi 30 septembre 2009 par Solidaires37

Les guichetiers ont tenu un piquet de grève hier matin à Esvres.
Hier, les guichetiers du secteur étaient en grève pour protester contre les restructurations du service postal public. Un mouvement qui se veut exemplaire.

Non à la privatisation de La Poste ! C’est le mot d’ordre de la votation citoyenne qui se déroule jusqu’à samedi prochain, 3 octobre. Non à la privatisation de La Poste ! C’est aussi le slogan qui était placardé hier à l’entrée du bureau de poste d’Esvres. Durant une partie de la matinée, les huit guichetiers rattachés à ce territoire postal ont manifesté leur opposition au projet de restructuration présenté par la direction départementale de l’enseigne.
L’objectif est de rattacher le secteur de Saint-Branchs (qui comprend les communes de Manthelan, Tauxigny, Le Louroux, Louans) à celui d’Esvres (qui couvre déjà Cormery, Truyes, Chédigny et Dolus-le-Sec). « Pour les usagers, cette réorganisation va se traduire par une réduction des horaires d’ouverture des guichets comme à Manthelan. Et pour le personnel, c’est une dégradation des conditions de travail. Désormais, une majorité d’agents travailleront le samedi », dénonce l’un des grévistes, Philippe Pagé, qui craint par ailleurs des suppressions de postes avec la création (probable) de deux agences postales communales à Tauxigny et Cormery.


“ Services au rabais ”

Pour la CGT et Sud-PTT, ce qui se passe actuellement du côté d’Esvres illustre la dégradation du service public postal et de la politique de rentabilité de la direction. « On nous dit que les points de contact avec le public sont maintenus, mais les services ne sont plus les mêmes. Ce sont des services au rabais », commente Eric Sionneau, de Sud. « Il n’y a plus d’égalité de traitement entre les usagers », renchérit Jean-Paul Boucher, de la CGT, en citant la limitation des retraits ou des affranchissements dans les petites agences de campagne « externalisées ».
Face au feu roulant des critiques, La Poste assure agir « en toute transparence », en concertation étroite avec les collectivités locales. « On ne passe jamais en force », souligne la direction départementale, en rappelant que la réorganisation du bureau de Manthelan a été approuvée par le conseil municipal. « Le dialogue social n’est pas rompu », poursuit la direction, qui soupçonne les syndicats de faire de l’agitation à l’occasion de la votation citoyenne.

Pascal Denis

Nouvelle République du Centre Ouest du 29 septembre 2009.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 706 / 223657

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités  Suivre la vie du site Autres articles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License