Solidaires 37

La bataille du rail se joue aussi entre les lignes

dimanche 10 juin 2018 par Solidaires37

Article te photo de " La Nouvelle République " du 10 juin 2018.

Vendredi soir, à La Boîte à livres, à Tours. Le romancier et éditeur Jean-Marie Laclavetine (au centre) est à l’initiative d’un recueil de textes d’auteurs solidaires des cheminots. De quoi alimenter le débat autour du service public.

© Photo NR

Fils de cheminot devenu romancier et éditeur, Jean-Marie Laclavetine soutient les grévistes via un recueil de textes qu’il a imaginé. Une aventure collective.

Il n’a essuyé que deux refus. Ceux d’écrivains qui n’ont pas voulu que leurs noms soient associés à la bataille du rail qui, depuis le 3 avril, anime les cheminots. Un mouvement de grève perlée (1) que trente-cinq autres (écrivains et dessinateurs) ont décidé de soutenir. A leur manière. Avec des mots et des dessins.

Jean-Marie Laclavetine, fils de cheminot, n’a pas réfléchi longtemps avant de monter le projet imaginé avec Jean-Marc Salmon et Didier Daeninckx. C’est donc « avec une rapidité vertigineuse » que s’est fabriqué le livre « La bataille du rail. Cheminots en grève, écrivains solidaires », sorti en librairie jeudi et présenté vendredi soir à La Boîte à livres, à Tours. Tous les droits d’auteurs vont alimenter les caisses de grève (2).
“ Le train, espace de rêve ” Au fil des pages, trente-deux textes et des dessins qui, tous, ont un rapport avec le rail. Annie Ernaux, Geneviève Brisac, Lola Lafon, Patrick Raynal et les autres ont imaginé une histoire. Qui défile.

« Le train va partout et cette idée du service public est viscérale, elle permet d’instaurer les lois républicaines. Le train c’est aussi un espace de rêve : avec les romans qu’on y lit, les histoires qui s’y passent. C’est un moyen de voyager à tous les sens du terme », indique d’emblée Jean-Marie Laclavetine installé au Grand-Pressigny.

Autour de lui, deux représentants syndicaux régionaux – Florence Dumond, de la CGT et Dominique Thébaud, de Sud-Rail – qui rappellent les enjeux du dossier, ardents défenseurs d’un « vrai » service public qui chemine partout. « Nous avons été profondément émus et enthousiasmés de voir à quel point la bataille du rail a été, est et sera toujours », indique Florence Dumond.

Face à la casse d’un modèle, ils agissent. Devant le gâchis qui s’annonce, Jean-Marie Laclavetine mobilise et écrit. « On a l’impression aujourd’hui que la notion de service public est reprise par des initiatives citoyennes. Moi, j’ai grandi dans l’idée de la famille du rail », poursuit l’éditeur de Gallimard qui a vu son père se morfondre à chaque fois que la SNCF évoluait vers toujours plus d’équations mathématiques.

Vendredi soir, le débat a prouvé, une fois de plus, que le sujet passionne tandis que le mouvement, à Tours, se poursuit par des actions les 12 et 13 juin, à 10 h devant la gare. « Le fait de se sentir soutenus nous porte », conclut Dominique Thébaud.

(1) La grève entamée le 3 avril va durer jusqu’au 28 juin, elle est inédite dans sa forme : 48 heures de grève tous les 5 jours. (2) Le sociologue Jean-Marc Salmon est à l’origine de la cagnotte via internet à destination des cheminots. Elle comptabilise à ce jour plus d’1,2 million d’euros. « La bataille du rail. Cheminots en grève, écrivains solidaires », Éditions Don Quichotte, 16,90 €. Les droits d’auteur seront reversés aux caisses de grève.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 288 / 254978

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Débat   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License