Solidaires 37

20 avril 2017 : 2 rassemblements à Tours

vendredi 21 avril 2017 par Solidaires37

Le matin, avec les postier-e-s et l’après midi, avec les hospitalier-e-s.
Ci-dessous photos puis reportages des médias locaux.




La Poste en grève pour les agents rouleurs

Hier matin, devant la direction régionale de La Poste, une vingtaine de salariés, dont une majorité de l’EAR, s’est mobilisée (photo "Nouvelle République").

Pendant des décennies, l’équipe d’agents rouleurs (EAR) a, au sein des bureaux et autres agences de La Poste, assuré les remplacements des agents malades ou provisoirement absents. Une réalité qui pourrait disparaître. C’est en tout cas ce que craignent les syndicats qui évoquent même une échéance au 1er juillet prochain.

A la direction régionale, on nous explique que les négociations sont actuellement en cours.

Hier, suivant un mot d’ordre national, les trois départements d’Indre-et-Loire, de l’Indre et du Cher (la direction régionale est basée rue Fleming à Tours) ont mobilisé leurs agents pour dénoncer cette disparition annoncée. Au total, 6,6 % des agents répartis sur les trois départements ont cessé le travail. Un mouvement qui n’a eu aucune conséquence sur la distribution du courrier.

« C’est une soixantaine de postes d’EAR qui va disparaître sur la direction régionale en complément des 71 suppressions de postes depuis 2014 dans l’Indre-et-Loire », expliquaient, hier matin les représentants de la CGT-FAPT et de Sud-PTT, Laurent Lecomte et Eric Sionneau.

On compte à ce jour vingt personnes dans cette équipe EAR en Indre-et-Loire. A terme, ce sont des intérimaires et des CDD qui devraient assurer les remplacements dans le meilleur des cas. Les représentants syndicaux craignent surtout des fermetures de petits bureaux, faute de personnels mobilisables. « C’est encore la qualité du service aux clients qui va trinquer  », explique Laurent Lecomte, de la CGT.

Vanina Le Gall ("Nouvelle République" du 21 avril 2017).

Dans la rue pour le CHU

Inquiets que la restructuration du CHU ne se solde par 350 suppressions de postes, les agents hospitaliers ont manifesté hier à Tours (photo "Nouvelle République").

Cent vingt personnes – agents, retraités, syndicalistes et usagers – ont fait signer les passants, hier, place Jean-Jaurès à Tours, pour “ la défense du CHRU ”.

Après le déjeuner, hier, les syndicats avaient invité les personnels hospitaliers pour les informer de vive voix sur la situation. A Trousseau, à Bretonneau et à Clocheville, des dizaines de salariés du CHU, le plus gros employeur de Touraine, observaient des débrayages pour s’entendre dire ou redire de la bouche de leurs représentants syndicaux (CFTC, Sud, FO et CGT) : « Stop aux fermetures de lits, stop aux suppressions de postes et oui à l’amélioration des conditions de travail dans l’intérêt des agents et de l’hôpital public. »

C’est ce qui motivait aussi la pétition proposée, plus tard dans l’après-midi, aux passants de la place Jean-Jaurès. Une grosse centaine de personnes – agents, retraités, syndicalistes et retraités – s’y retrouvait pour solliciter la solidarité des usagers, alors qu’en ce jeudi, le plan de restructuration du CHRU de Tours devait être entériné par la ministre de la Santé (lire plus bas).

Une action en justice par les syndicats

« Nous allons assigner en justice la direction générale de l’hôpital devant le tribunal de grande instance, pour la non tenue d’un CHSCT extraordinaire que nous avions demandée », annonçait d’emblée François Baudry, représentant syndical Sud. Comme ses collègues hospitaliers, cet élu au conseil de surveillance du CHU disait sa colère face à une direction qu’il accuse d’«  avoir tenu à l’écart les représentants du personnel sur ce dossier qui engage l’avenir de l’hôpital pour plus de dix ans. Sans l’article de la NR du mois dernier, personne n’était au courant. Tout le personnel du CHU l’a appris par le journal, notamment l’ensemble des chefs de services et les médecins.  »

La ministre Marisol Touraine a dû avoir les oreilles qui lui sifflaient, tant les responsables syndicaux insistaient pour dénoncer « son silence depuis un mois qu’on lui demande à être reçus ou entendus. »

Le député Jean-Patrick Gille (PS), venu rencontrer les manifestants, affirmait : «  Je n’ai pas plus connaissance que vous des documents officiels. Je défends l’hôpital public, donc j’essaie de savoir ce qui va se passer. On ne peut pas s’opposer à vouloir améliorer l’hôpital, mais cela nécessite une vraie concertation et de ne pas décider des choses brusquement dans cette période un peu… compliquée. »

> La décision dans quelques jours. Le plan de restructuration du CHU de Tours a été présenté hier au ministère de la Santé. Mais la décision de l’entériner n’a pas encore été prise. « J’examinerai ce dossier en début de semaine prochaine. Je prendrai donc la décision au cours de la semaine prochaine », a indiqué la ministre de la Santé Marisol Touraine à la NR hier en fin d’après-midi lors d’un déplacement à Ligueil.


Pascal Landré
("Nouvelle République" du 21 avril 2017).


Rassemblement Poste 20 avril 2017 par siksatnam1


Rassemblement Hopital 20 avril 2017 par siksatnam1


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 301 / 223657

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités  Suivre la vie du site Autres articles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License