Solidaires 37

La manif du 2 mars 2017 à Tours

vendredi 3 mars 2017 par Solidaires37

Ci dessous, les articles de la "Nouvelle République" du 3 mars 2017 et le reportage sur "TV Tours".

Deux cents manifestants pour soutenir les " mal traités "

Défilé au son de « SDF, réfugiés : un toit pour tous » ou « Contre la misère et la précarité : so-so-solidarité ».

Tours. Que ce soit au foyer Albert-Thomas ou aux CAO (1) de Saint-Pierre et Grandmont, la situation ne s’améliore pas, estiment les manifestants.

Même si la Croix-Rouge française a été choisie pour reprendre la gestion des 36 places d’hébergement d’urgence du foyer Albert-Thomas, à Tours, même si les résidents du Centre d’accueil et d’orientation de Saint-Pierre-des-Corps sous régime Dublin (2) relèveraient désormais du régime classique comme l’indique le collectif Coup de pouce aux migrants, le compte n’y est pas pour les comités de soutien, mobilisés depuis fin décembre.

Pas plus que pour le syndicat SUD qui déplore qu’« aucune information sur les modalités précises de cette " reprise " n’ait été communiquée ». Selon lui, « ces conditions semblent bien en dessous des besoins ». Décevant, de la part d’« une institution telle que la Croix-Rouge, jouissant d’une " aura " nationale et internationale » qui accepterait « de reprendre cette activité à minima, en dessous de ce qui était proposé précédemment et pas à la hauteur des besoins tant humains que professionnels pour cette population si précarisée ».

Des horaires d’ouverture incompatibles avec une prise en charge de qualité, un nombre de postes insuffisant au regard de l’accompagnement à effectuer, le renvoi vers le 115 tous les jours inadmissibles, sont autant de points d’achoppement.
Sans compter que le sort des ex-salariés licenciés le 10 janvier 2017 qui, toujours d’après SUD, « remplissent toutes les conditions ainsi que les critères d’embauches exigés » – et qui ont postulé pour être embauchés – n’est, à ce jour, pas tranché.
Autant de raisons qui ont poussé près de deux cents manifestants à défiler entre les places Jean-Jaurès et Anatole-France, hier, en fin d’après-midi, à Tours. Au grand dam des usagers du tramway.

(1) Centre d’accueil et d’orientation. (2) Selon les accords de Dublin, une personne entrée dans l’Union européenne doit faire ses démarches (demande d’asile) dans le pays où ses empreintes digitales ont été prises initialement.

Olivier Brosset


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 124 / 223412

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités  Suivre la vie du site Autres articles   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License